Mercier de Compiègne et la question de la mode

Autores

  • Béchir Kahia Aix-Marseille Université (CIELAM)

DOI:

https://doi.org/10.11606/issn.1984-1124.v0i15p74-86

Palavras-chave:

Mercier de Compiègne, mode, femme, nature, costume national

Resumo

Au XVIIIe siècle, la mode parisienne connaît de profondes mutations. L’offre vestimentaire variée est illustrée par une presse de mode devenue périodique qui renouvelle ses propositions grâce à de séduisantes gravures. Surtout une figure iconique émerge de ce siècle des Lumières : la marchande de mode et sa représentante la plus célèbre, mademoiselle Rose Bertin, « ministre des modes » de la reine de France, Marie-Antoinette. Les femmes étaient comme des oiseaux amusants qui changent de plumage deux ou trois fois par jour. Cet engouement pour la mode a provoqué de vives réactions notamment chez Mercier de Compiègne. Dans Comment m’habillerai-je ? Mercier établit un lien indéniable entre la mode vestimentaire et la puissance de la nation. Le respect de la simplicité traduit réserve et modestie ; deux vertus caractéristiques de la nature humaine. Tout vêtement pouvant exalter les prétentions des femmes est en opposition avec leur destination naturelle. Les réflexions de Mercier sont emblématiques de ce retour à la nature. L’auteur de Comment m’habillerai-je ? exalte ainsi l’image de la beauté saine et naturelle. Ces réflexions veulent gagner également la Cour et changer les règles du bon goût. 

Downloads

Não há dados estatísticos.

Biografia do Autor

Béchir Kahia, Aix-Marseille Université (CIELAM)

Docteur ès lettres, membre du groupe 19-21 au laboratoire CIELAM de l'Université d'Aix-Marseille, spécialiste de la littérature du sud français.

Referências

BARTHES Roland, « Histoire et sociologie du vêtement », Annales Économies-Sociétés-Civilisations, vol. 12, N°3, Paris, Colin, 1957, p. 430-441.

CLINTON Katherine, « Femme et philosophe: Enlightenment origins of feminism », Eighteenth Century Studies, vol. 8, No3, 1975, p. 283-299.

DE LA BRETONNE Rétif, Les Nuits de Paris : La semaine nocturne, vingt nuits de Paris, [1788-1794]. Éd. d’Aujourd’hui, Le Plan-de-la-Tour, 1978.

DELAPIERRE Madeleine, Se vêtir au XVIIIe siècle, Paris, Adam Brio, 1996.

DEVOCELLE Jean-Marc, « D’un costume politique à une politique du costume. Approches théoriques et idéologiques du costume pendant la Révolution française », in Modes et Révolutions 1780-1804, Paris, Éd. Paris-Musées, 1989, p. 83-103.

FORTASSIER Rose, Les écrivains français et la mode de Balzac à nos jours, Paris, PUF, 1988.

HOFFMANN Paul, La femme dans la pensée des Lumières, Paris, Ophrys, 1977.

KLEINERT Annemarie, « La mode, miroir de la Révolution française », in Modes et Révolutions 1780-1804, Éd. Paris-Musées, Paris, 1989, p. 59-81.

KNIBIEHLER Yvonne, « Les médecins des Lumières et la nature féminine », in 1789-1799 : combats de femmes, La Révolution exclut les citoyennes, (dir.) E. Morin-Rotureau, Paris, Éd Autrement, 2003, p. 127-142.

L’ISLE-ADAM Villiers (de), L’Eve future, édition établie par Pierre Citron, L’Age d’Homme, Lausanne, coll. « Romantiques », 1979.

MERCIER DE COMPIÈGNE Claude, Comment m’habillerai-je ? Réflexions politiques et philosophiques sur l’habillement français, et sur la nécessité d’un costume national, Paris, de l’imprimerie de l’auteur, 1793.

PERROT Philippe, Le travail des apparences ou les transformations du corps féminin XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Seuil, 1984

SÉGUY Philippe, Histoire des modes sous l’Empire, Paris, Tallandier, 1988.

VITTU Françoise, « 1780-1804 ou vingt ans de Révolution des têtes françaises », in Modes et Révolutions 1780-1804, Paris, Éd. Paris-Musées, 1989, p. 41-57.

Publicado

2015-12-09

Como Citar

Kahia, B. (2015). Mercier de Compiègne et la question de la mode. Revista Criação & Crítica, (15), 74-86. https://doi.org/10.11606/issn.1984-1124.v0i15p74-86

Edição

Seção

Artigos