Dénationaliser la pensée. Ernst Cassirer et l'histoire philosophique du structuralisme

Autores

  • Romain Bertrand Universidade de São Paulo; Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas; Departamento de Linguística, Brasil

DOI:

https://doi.org/10.11606/issn.1980-4016.esse.2017.140736

Resumo

L’historiographie, majoritairement française, du mouvement intellectuel qui a pris le nom de structuralisme
s’est construite sur un présupposé : celui de faire du structuralisme une pensée nationale, majoritairement
française, ou du moins dans un espace linguistique francophone qui irait de Saussure à Barthes. Utilisant
notamment les outils de la sociologie de la connaissance, les idées fortes du structuralisme y sont en effet
ramenées à leur contexte social et géographique de production, de sorte qu’elles seraient marquées de manière
indélébile du sceau national. C’est ce présupposé de l’historiographie du structuralisme que le présent article
entend analyser, et ce à travers l’article fondateur de Ernst Cassirer, « Structuralism in the modern linguistics ».
Ce que propose Ernst Cassirer, c’est en effet non pas de réduire le structuralisme à une « mode intellectuelle »
française de la seconde moitié du XXème siècle, mais bien de montrer son intégration à l’intérieur du temps long
de la tradition philosophique occidentale et des différentes configurations intellectuelles (morphologie de Goethe,
biologie de Cuvier, etc.) qui présentent avec lui une parenté. C’est bien à la réinscription du structuralisme dans
le monde intellectuel élargi de la philosophie et des sciences, hors des contraintes nationales et historiques, que
nous sommes alors invités.

Downloads

Não há dados estatísticos.

Downloads

Publicado

2017-11-20

Como Citar

Bertrand, R. (2017). Dénationaliser la pensée. Ernst Cassirer et l’histoire philosophique du structuralisme. Estudos Semióticos, 13(spe), 44-50. https://doi.org/10.11606/issn.1980-4016.esse.2017.140736

Edição

Seção

Artigos