« PENSER EN HOMMES » LE SOURIRE DU SPECTATEUR DE LA CINQUIÈME FEUILLE

Autores

  • Jean-Christophe Abramovici Professeur de Littérature Française et Comparée à l’Université Paris-Sorbonne.

DOI:

https://doi.org/10.11606/issn.2316-3976.v3i6p53-62

Palavras-chave:

Marivaux, Spectateur français, Cinquième feuille, Lumières

Resumo

Si à la Première feuille, en 1721, Marivaux avertit son lecteur : « Lecteur, je ne veux point vous tromper, [...] ce n’est point un auteur que vous allez lire ici », à la Cinquième feuille, en 1722, il commence en affirmant : « Je me sens aujourd’hui dans un libertinage d’idées qui ne peut s’accommoder d’un sujet fixe. » Il s’agit donc, dans cet article, d’exploiter ce sujet fixe dans les différents décors dans lesquels il se déplace. Dans ce parcours on témoigne bien que le texte empile des vérités concurrentes, voire contradictoires, où prime l’adhésion momentanée du narrateur avec lui-même, en ré-vélant une filiation avec les futurs combats des Lumières.

Downloads

Não há dados estatísticos.

Biografia do Autor

Jean-Christophe Abramovici, Professeur de Littérature Française et Comparée à l’Université Paris-Sorbonne.

Professeur de Littérature Française et Comparée à l’Université Paris-Sorbonne.

Publicado

2015-09-23

Como Citar

Abramovici, J.-C. (2015). « PENSER EN HOMMES » LE SOURIRE DU SPECTATEUR DE LA CINQUIÈME FEUILLE. Non Plus, 3(6), 53-62. https://doi.org/10.11606/issn.2316-3976.v3i6p53-62

Edição

Seção

DOSSIÊ